Pas à pas, pays par pays, le récit de nos aventures

Chine
Nepal
Inde
Thailande
Laos
Vietnam
Cambodge
Bali
Australie
Perou
Bolivie
Chili
Argentine

Bangkok, Jour 42, 12 août 2012

Notre avion décolle à midi de Calcutta direction Bangkok. Nous nous rendons à l’aéroport international et sommes surpris par sa petite taille pour l’aéroport d’une ville de cette envergure ! Nous décollons à l’heure et arrivons vers 17h à Bangkok heure locale. Dans le trajet jusqu’au quartier animé de Rambuttri où se situe notre hôtel nous profitons d’un joli coucher de soleil sur Bangkok.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le changement avec l’Inde est total, et cela dès l’aéroport qui est aseptisé du sol au plafond. De plus, nous qui n’avions quasiment pas vu de touristes en un mois et demi, là, nous sommes servis. Les boutiques et les restaurants pullulent dans notre quartier, il y a plus de touristes que de locaux. Mais la ville est agréable, l’air est juste frais, de douces odeurs de poissons grillés et d’épices nous caressent les papilles alors que nous déambulons dans les rues quasi piétonnes. Nous nous arrêtons dans un restaurant en terrasse pour déguster de bon mets (poissons thailandais entre autres) au barbecue. L’ambiance est vraiment bon enfant, les stands de street food et les bars camionnettes se fondent tout à fait dans le décor. On finira d’ailleurs la soirée sur trois tabourets en plastique, une bière en main pour assister avec quelques compatriotes à la victoire des handballeurs français aux JO. Il est minuit passé et dès demain nous repartons en train pour Chiang Mai au nord de la Thailande, où nous retrouvons 6 amis de Marion pour un trek de trois jours. Le train partant le soir, nous aurons quelques heures pour découvrir Bangkok, même si nous reviendrons dans cette ville à la fin de notre périple entre le Laos, le Vietnam et le Cambodge !


Bangkok, Jour 43, 13 août 2012

Journée chargée aujourd’hui, nous comptons bien profiter un maximum de Bangkok avant de partir pour le Nord. Nous laissons nos sacs à la bagagerie de l’hôtel et décidons de nous rendre au temple de Wat Pho, célèbre pour son buddha allongé, le plus grand au monde. Après quelques centaines de mètres, nous rencontrons une française qui nous conseille de prendre le taxi-boat, un bateau qui descend le fleuve et s’arrête à tous les temples. C’est vrai que ce moyen de transport s’est avéré être le plus rapide et le moins onéreux, sans oublié que la vue de Bangkok depuis le bateau n’était pas déplaisante.

Nous arrivons au temple où une foule de touriste se presse déjà. Le complexe est immense et tentaculaire, de nombreux temples, buddhas et monuments dédiés aux dieux se dressent dans de grandes cours arborées reliées au reste du temple par de minuscules portes. C’est presque un jeu que de découvrir ce qui se cache derrière ses portes rouges pas toujours très visibles. Nous commençons notre visite par l’attraction principale, le grand buddha couché. Et en effet, il est vraiment (mais vraiment) très grand -46mètres de long- et recouvert de plaqué-or.

Le temple donne une impression de grande modernité, tout est fait pour accueillir au mieux les touristes. L’architecture thaïlandaise est vraiment typique, chargée en couleur, précise dans les détails, certains éléments sont à la frontière entre le baroque et le kitch. C’est grisant de se balader de temple en temple, de s’asseoir devant les buddhas avec les croyants et de méditer un moment.

La visite terminée, nous nous mettons en quête d’un restaurant. Après une bonne heure de marche, qui nous aura permis de traverser le joli marché aux fleurs, nous trouvons un endroit pour nous sustenter. Il est presque 15 heures, nous commençons à retourner vers l’hôtel et nous arrêtons en chemin dans un autre temple, encore bien dissimulé, mais cette fois-ci avec beaucoup moins de touristes et qui paraissait beaucoup plus authentique. Nous nous asseyons non loin du buddha alors qu’une pluie fine commence à tomber avant de se transformer en véritable tempête. Des trombes d’eau se déversaient tandis qu’un fort vent faisait carillonner toutes les clochettes du temple. Cette ambiance d’apocalypse avait étrangement un côté paisible dans ce lieu sacré. Bon, Hadrien nous a quand même gratifiés d’une belle cascade en s’envolant pied nu sur le marbre détrempé.

Il nous faut partir, nous rentrons à l’hôtel en tuk tuk et nous rendons à la gare. Nous montons dans notre train, qui, après les trains indiens, nous parait bien moderne. C’est parti pour douze heures de trajet sur des sièges plutôt confortables où nous allons passer la nuit.


Chiang Mai, Jour 44, 14 août 2012

La nuit sur les sièges inclinés a été finalement plutôt difficile, d’autant plus que l’air conditionné rendait l’atmosphère du train glaciale. Nous arrivons comme prévu vers 7h du matin à Chiang Mai et nous rendons directement à l’hôtel. Check in, douche, repos et c’est parti pour une visite de la ville en attendant de retrouver les amis de Marion qui doivent arriver en fin d’après midi. Chiang Mai est une petite ville de 150 000 âmes dont le centre est délimité par un canal. Nous nous baladons, visitons quelques temples sur le chemin et dégustons un délicieux pad thai à midi (nouilles sautées saupoudrées de cacahuètes, d’œuf, de tofu, de crevettes…). En s’enfonçant un peu plus dans la ville, nous tombons sur une association de massage thai traditionnel. Un peu émoussés par le train, nous n’hésitons pas une seconde et prenons place sur les matelas disposés sur le sol pour profiter d’une heure de massage intégral. Relaxant, mais parfois un peu musclé !

Nous rentrons à l’hôtel attendre l’arrivée de nos 6 nouveaux compagnons de voyage au bord de la piscine. Ils arrivent sur le coup des 17 heures, nous sortons découvrir le marché de nuit de Chiang Mai, manger et finir la soirée dans un roof top bar plutôt déjanté. Demain, départ à 9h30 pour trois jours de trek !


Chiang Mai, Jour 45, 15 août 2012

Après un petit déjeuner ultra copieux, nous retrouvons notre guide et montons dans le pick up qui doit nous amener jusqu’au point de départ du trek, à une heure de Chiang Mai. Nous récupérons au passage trois écossaises qui marcheront deux jours avec nous. Le transport n’est pas très confortable, mais nous arrivons à destination pour la première activité du jour : balade sur un radeau de bambou sur la rivière. L’embarcation se compose de 4 gros bambous sommairement attachés par une ficelle. Pas très rassurés, nous prenons place sur nos radeaux et nous laissons porter par la rivière. Les paysages traversés sont vraiment magnifiques, et mis à part deux trois araignées d’eaux, et quelques serpents, le plus gros danger venaient de nos boatmen qui étaient d’humeur plutôt taquine et qui n’hésitaient pas à nous éclabousser ou à nous faire passer par des torrents à fort courant. Nous déjeunons et partons ensuite pour 3 heures de marche en direction de notre premier campement. On traverse une jungle tropicale débouchant souvent sur d’immenses rizières en terrasse…on en a pris plein les yeux ! Nous avons même fait une pause au bord d’une cascade où nous avons pu nous rafraichir et bénéficier d’un massage des pieds gratuits par des poissons mangeurs de peaux mortes (très répandus en thailande). La sensation est très bizarre au début mais quand on se laisse faire c’est plutôt amusant !

Nous arrivons à notre premier campement dans un « village » local. Le village se résumait à une dizaine de maison en bois sur pilotis, la notre étant isolée et jouxtant celle de nos hôtes. Nous dormirons à même le sol sur de fins matelas entourés de moustiquaires, souvenirs garantis. Après le repas, la soirée se déroule autour d’une bière et de casse têtes proposés par notre hôte, un thailandais qui ne parle pas mais répéte seulement « Move one stick, move one stick ». Son jeu consistait en effet en des alumettes disposées de façon à donner un message qui devait prendre un autre sens si on en bougeait une. L’ambiance à la lueur des bougies était très sympa. Nous prenons le dessus sur les écossaises, et allons nous coucher, bien fatigués de cette première journée !


Chiang Mai, Jour 46, 16 août 2012

Réveil un peu difficile, non pas parce que le plancher était dur, mais parce que nous sommes réveillés par notre guide toujours aussi taquin qui hurle « breakfast » en tapant avec un balais sous le plancher de notre maison en pilotis. Nous descendons et nous mettons à table autour de délicieux fruits de la région, notamment les bananes minuscules, les« lady fingers » qui ont ici une saveur unique. Nous garderons de belles images en tête ; le soleil venant éclairer notre immense table en bois posée sur la terre battue où frémit le foyer en terre cuite qui garde notre théière au chaud.

Après une rapide toilette, nous nous remettons en route. 3 heures de marche nous séparent du village où nous devons déjeuner. Nous plongeons en pleine jungle et sommes vite accueillis par une pluie torrentielle qui rend les chemins difficiles. Notamment les pentes très longues et étroites qui deviennent de véritables toboggans que nous avons tous pu expérimenter tour à tour ! Et quand la pluie cesse, nous faisons la connaissance de très belles araignées de plus en plus grosses au fil du chemin. Hadrien a très vite passé son chemin !

A 13h30 nous arrivons sur le premier lieu du campement, dans la maison d’une autre famille thaïlandaise où notre guide nous cuisine un bon plat de noodles. Le plat ne contient que des pâtes, quelques carottes et un peu de choux mais comme tous les plats thaïs, il est cuisiné avec je ne sais quelles herbes et épices qui en font un plat délicieux. Après ce bon repas, le guide a tout prévu, et nous présente une autre maison sur pilotis aménagée de fins matelas et de moustiquaires qui nous attend pour une sieste de 2h avant de repartir ! Ca ne se refuse pas ! Nous dormons donc 2h au son de la guitare et de la voix de notre guide et des habitants des lieux. Tout cela aurait été parfait si le cochon qui dormait juste sous nos pilotis n’avait pas décidé de participer à la chanson !

Bien reposés nous repartons donc vers une autre cascade cette fois-ci plus sportive où nous nous laissons glisser sur les rochers qui nous entrainent dans les courants. Puis nous reprenons la route pour 2h de marche jusqu’à notre dernier lieu de campement. Celui-ci se trouve au bord d’une autre cascade et dispose lui aussi d’une maison en bois sur pilotis avec le même principe de chambres. Nous sommes habitués maintenant et le jeu est de trouver la moustiquaire avec le moins de trous ! Nous partons ensuite nous laver dans la cascade, un bonheur après la longue journée de marche ! Puis nous sortons notre jeu de carte et jouons jusqu’à ce que le guide et la famille nous régalent d’un délicieux festin à base de curry vert (un mélange de riz, curry, noix de coco, poulet et petites aubergines thaïlandaises, un ré-gal), et autres viandes en sauce. La soirée se poursuit à la lueur des bougies et au son de la cascade. Le chef de la maison nous invite à goûter les cigarettes aux feuilles de banane qu’il roule devant nous. Mais la soirée n’allait pas être aussi tranquille que prévue car le guide nous réservait une petite surprise. Il a voulu nous apprendre un jeu où nous devons enchaîner des mouvements rapides tour à tour. Nous trouvions le jeu un peu facile jusqu’à ce que nous comprenions pourquoi le guide le trouvait si drôle : à chaque fois que quelqu’un se trompait, il raclait le fond de la casserole sale et pleine de suie et nous en recouvrait le visage ! Notre vengeance a été terrible quand ce fût son tour !

Après une bonne soirée, une dernière baignade dans la cascade pour se décrasser, nous partons nous coucher bien fatigués par la journée.


Chiang Mai, Jour 47, 17 août 2012

Réveil un peu moins sportif ce matin puisque c’est cette fois-ci le guide qui n’arrive pas à se lever, après les nombreuses bières et cigarettes à la feuille de banane de la veille ! Après un petit déjeuner toujours aussi bon, la femme de la maison nous présente les vêtements qu’elle tisse. Les tissus sont très beaux et sont spécifiques à la tribu Karen dont elle fait partie. Marion fait l’acquisition d’un joli haut et Raph d’un sac en bandouillère.

Nous repartons ensuite joyeusement pour 1h30 de marche avant une pause déjeuner puis une balade à dos d’éléphants ! Un peu sceptiques au début (l’activité est vraiment touristique), nous avons passé un moment hilarant. Après avoir fait la connaissance des pachydermes, Hadrien et Marion sont montés sur le leur suivis de Valentine et Antoine dont l’éléphant était attaché au leur car il n’avait pas de dresseur sur lui. Ce dernier se sentant pousser des ailes s’est mis à souffler tout ce qu’il trouvait par terre (boue, eau, excréments) sur ses deux passagers qui ne pouvaient rien faire pour se protéger ! Fou rire garanti ! Et puis qu’on se le dise, l’éléphant, ce n’est pas très confortable, mais c’est rudement efficace pour passer n’importe où. Bref, c’était une belle expérience.

Nous reprenons le pick up pour rentrer à Chiang Mai où nous dinons dans un restaurant typique en terrasse. C’est notre dernière soirée tous ensemble, il faut donc fêter ça ! Direction un bar thaïlandais ou plusieurs groupes de musique ont enflammé la jeunesse thaïlandaise et Marion qui devait ce soir là être possédée par l’esprit d’une groupie adolescente… Il y a des vidéos, qui ne seront diffusées qu’à la demande ;). Après s’être déhanchés sur du Aerosmith, Nirvana ou encore Linkin Park (vraiment années collège, génial !) nous finissons en boite de nuit et rentrons nous coucher. Demain, départ pour le Laos !

<